^Retour en haut

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Créateur de toutes choses

Le Saint-Esprit

L'Adorable

Le Véritable

Le Père de Jésus-Christ

Erreur
  • [OSYouTube] Alledia framework not found

Glossaire du Message

Ce glossaire est destiné à servir de "guide de référence rapide" pour les croyants et les ministres du Message du Temps de la Fin prêché par le Prophète William Marrion Branham. 

 

Il y a : 23 définitions dans le glossaire.
Rechercher dans les définitions (terme ou expression)
Commence par Contient Terme exactSe prononce comme
Terme Définition
ED DAULTON

CROIS SEULEMENT     CHICAGO IL USA    Jeu 27.04.61

11.     Alors, frère Ed Daulton a vu cela arriver, il priait pour ses enfants. Il est sorti, puis il est revenu, et le Saint-Esprit a dit : « Parle pour les enfants d’N.D.E. » Et j’ai dit : « Frère Daulton, le Saint-Esprit me dit, par ce même don dont nous attendons la manifestation parfaite pour bientôt, que je vous donne vos enfants au Nom de Jésus-Christ. » Et à son retour chez lui, sa fille et son fils avaient déjà donné leurs coeurs à Christ (C’est vers le sud juste à quelques kilomètres de ma contrée). Je pense que tous vos enfants sont sauvés et remplis du Saint-Esprit et…?... Est-ce vrai, Frère Daulton ? L’un d’eux est-il avec vous ? Une fille. Est-ce elle qui a été sauvée en ce moment-là même ? La fille aînée a été sauvée le lendemain matin. Et tous ses enfants sont maintenant sauvés. Oh ! comme le Saint-Esprit… Lorsque Dieu dit quelque chose, Il tient Sa Parole. Voyez ?

LE MESSAGE DE GRÂCE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 27.08.61

240.    Ed Daulton, qui est assis ici, un baptiste du Kentucky; il est assis juste ici. Combien d’enfants as-tu, Ed? Douze. Se tenant juste ici, il avait réclamé ses enfants. Je sortais du bâtiment. Ed s’est approché de moi ici; j’ai dit : «N.D.E.»

Le Saint-Esprit était sur moi et Il a dit : «Accorde-lui cela. Accorde-le-lui.»

241.    J’ai dit : «Je t’accorde tes enfants.» Chacun d’eux a été sauvé et baptisé. Son fils adolescent était à la maison, attendant, en train de pleurer; il a été sauvé depuis l’instant qu’il se tenait là. Ce frère baptiste venant de... Oh, oh, qu’Il est merveilleux quand Il parle.

LA MANIERE D’UN VRAI PROPHETE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 13.05.62M

31.     Hier, j’étais là, là-bas au Sud du Kentucky, juste à la frontière avec le Tennessee, et j’étais assis dans un bateau avec Frère Daulton, celui à qui le Seigneur a donné tous ses enfants (vous vous souvenez de ce matin-là quand il commença...), et il dit: «Frère Branham, dit-il, je pense qu’il vous sera difficile de faire des évaluations.»

198.    Et l’autre jour, quand mon brave ami Ed Daulton a reçu une lettre venant de l’église Baptiste, on lui a dit : «Nous vous excommunions de la communauté Baptiste parce que vous vous êtes joint à l’hérésie d’être baptisé au Nom de Jésus.»  

JE SERAI AVEC TOI COMME J’AI ÉTÉ AVEC MOÏSE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 11.09.60M

301.    Frère Daulton. Oh ! la la ! Voici un frère qui m’a été cher. Je vous dirai ce qui est arrivé. Je n’ai pas assez de temps pour le raconter. Sa femme le sait. Elle disait qu’il était mourant. C’était une crise cardiaque, n’est-ce pas, soeur ? Et, avant, le Seigneur lui avait donné un songe, et l’interprétation est venue. Et quand la crise cardiaque l’a frappé, elle s’est tenue droit devant cela en disant : « Je défie ceci ! » Dieu lui avait donné un rêve, montrant que cela allait se passer de cette façon, et l’interprétation est venue. Et le médecin pensait que l’homme était en train de mourir alors, et voici il est vivant aujourd’hui.

L’ADOPTION     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 22.05.60M

2.       En arrivant ce matin, j’ai rencontré un petit garçon là-bas, et il m’a donné une petite plaque de l’Ange gardien veillant sur deux petits enfants. Et je ne savais pas que c’était le petit Daulton, le fils de Daulton.

3.       Il y a quelques semaines, ou quelques... Il y a environ deux semaines, un père, un père chrétien, avait présenté une requête pour sa fille, une adolescente, qui n’était pas encore chrétienne. Pendant qu’il était dans la ligne de prière, le Saint-Esprit lui a dit : « Je–Je te donne ton enfant. » Et la voici, ce matin, elle est sauvée, et elle a été baptisée au Nom du Seigneur Jésus ; elle est assise sur l’estrade, exactement comme le Saint-Esprit l’avait dit. Et les autres enfants sont tous assis là autour. Je sais que la famille Daulton est heureuse.

EDDIE BYSKAL

IL EST CONVENABLE QUE NOUS ACCOMPLISSIONS TOUTE JUSTICE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 01.10.61M

31.     Et aussi, du reste, les rivières qui descendaient là nous ont coupé la route et nous n’avons pas pu rentrer dans la région où nous voulions aller chasser l’ours grizzly.

Ce M. Southwick, c’est cela, Southwick, était le guide, et il... Et j’étais avec un jeune prédicateur, Eddie Byskal. Et donc son garçon... M. Southwick avait un–un jeune frère ayant entre 25 et 30 ans qui était sérieusement frappé d’épilepsie.

LES SIGNES DE SA VENUE     CLEVELAND TN USA    Sam 07.04.62

6.       En Afrique, je mangeais… quand ils… Je ne vois pas comment j’ai pu y arriver. Dieu a dû tout simplement m’aider, c’est tout. Mais vous devez le faire, de toute façon. Vous voyez ? Et les gens qui font donc l’oeuvre missionnaire passent par beaucoup de choses désagréables. Mais nous sommes obligés d’être tout pour tout le monde, afin que nous puissions gagner quelques-uns à Christ.

Et j’avais vraiment pitié d’Eddie, et c’était pareil avec ses enfants… et le jeune Eddie Byskal avec son épouse, une aimable femme qui vient d’une très bonne famille. Son père est propriétaire d’une grande entreprise, il en est le président et tout, cependant ils sacrifient leur vie comme cela. Il faut certainement que ce soit Dieu pour faire cela, Frère Littlefield. C’est vraiment ça un sacrifice.

MONSIEUR, NOUS VOUDRIONS VOIR JESUS     PORT ALBERNI  BC CANADA    Mar 24.07.62

2.       Il n’y a pas longtemps j’ai eu le privilège d’être avec votre pasteur, frère Byskal. Et après, nous avons eu une–une petite partie ensemble, une petite partie de chasse dans le nord de la Colombie-Britannique, et il m’a dit qu’il faisait l’oeuvre missionnaire auprès des Indiens par ici dans la–dans l’île. Et, oh! j’ai toujours désiré prêter main forte à quelqu’un qui essaie d’aider le peuple indien. J’ai eu quelques expériences aux Etats-Unis en prêchant aux Indiens : les Navajo, les Apaches et beaucoup d’autres là-bas, et j’ai trouvé une foi vraiment merveilleuse ; et frère Eddie n’est soutenu par personne. Et j’ai dit : «Peut-être qu’à un moment donné j’aurais l’occasion de venir vous prêter main forte, Frère Eddie. »

Il a dit : «J’en serais très heureux, Frère Branham. »

UN TEMOIGNAGE EN MER     PORT ALBERNI  BC CANADA    Jeu 26.07.62

91.     Eh bien, ces frères pêchent à la seine dans différentes parties du grand lac de Dieu. Eh bien, je suis venu ici dans cette petite ville pour entrelacer mon filet avec les leurs, afin que nous puissions les jeter plus loin, loin d’un autre coin ou d’une communauté, jeter là loin et tirer. Ce sont tous nos filets mis ensemble. Ne voyez-vous pas ? Nous sommes frères. Nous pouvons–nous pouvons être en désaccord. Si je viens poser des questions à frère Byskal ici sur quelques points de la théologie–de la théologie, il pourrait… nous pourrons être en désaccord. Et je n’ai jamais rencontré un homme plus brave dans ma vie. Voyez ? Nous pourrons être en désaccord. Mais… Mes enfants là derrière… J’en ai trois à la maison. Je vais acheter une crème glacée ; je dois en acheter trois sortes différentes. L’un veut avoir une crème glacée à la vanille, l’autre veut en avoir à la fraise, et l’autre veut en avoir au chocolat. Eh bien, quand je viens avec la crème glacée, cela a l’air d’un arc-en-ciel. Mais regardez. Tout cela, c’est de la crème glacée. Le parfum ne compte pas. Nous y sommes, frères. Je… ?.. C’est vrai. Nous mangeons tous de la crème glacée.

NOUS VOUDRIONS VOIR JESUS     VICTORIA BC CANADA    Ven 27.07.62

2.       Nous… Je venais d’apprendre que nous sommes arrivés ici juste au moment où plusieurs organisations tiennent une (je pense)–une convention. Je regrette que nous soyons arrivés à ce moment, parce que je sais ce que vous ressentez. Je sais ce que les frères ressentent du fait d’être… que quelque chose de ce genre ait lieu juste au moment où ils tiennent leur convention. Et frère Eddie Byskal, qui est mon frère et mon ami, c’est la seule fois où nous pouvons être ici, en étant juste de passage. Et c’est pour cette raison qu’ils ont voulu que cela soit très expéditif, juste trois services, ensuite nous continuerons notre voyage.

ETRE PERSEVERANT     VICTORIA BC CANADA    Dim 29.07.62

3.       Maintenant, je remercie frère Byskal, Eddie ; tel que je le connais, c’est un très précieux jeune homme. Je suis vraiment tombé amoureux de ce jeune homme lorsque je l’ai rencontré à–là à Dawson Creek. La première fois j’étais à Grande Prairie, mais lui était à Dawson Creek en ce temps-là, et je l’ai rencontré là-bas. Et il m’a dit qu’il était missionnaire chez les Indiens.

Et j’ai dit : « Eddie, je–je vais revenir au Canada un de ces jours, et je passerai par là voir vos amis. »

Il a dit : « C’est vraiment bien. » Alors il m’a dit, il a dit : « Quelques frères, a-t-il dit, pourraient passer par Victoria, ils vont intervenir momentanément au cours des réunions qui se tiennent là-bas. » Et–et il a dit : « Mais ils vont tenir une réunion par là, une convention. »

ETRE PERSEVERANT     VICTORIA BC CANADA    Dim 29.07.62

102.    Frère Byskal, que Dieu vous bénisse. Je viens à peine de vous reconnaître, de me rendre compte que vous êtes là, le papa de frère Eddie. Que Dieu vous bénisse. Que la grâce éternelle de Dieu demeure avec vous jusqu’à ce que nous nous reverrons. Et à ce moment-là nous pourrons dire : Au revoir ! Au revoir !

CONFIRMANT SA PAROLE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 16.08.64

11.     Ce matin, je suis heureux d’avoir là, quelque part dans l’assemblée, un–un très précieux ami à moi, le frère, le révérend Eddie Byskal, son épouse, ainsi que leurs enfants. Je pense qu’ils sont à la réunion ce matin. Eddie, es-tu là ? Je pensais que tu… Bien, peut-être qu’il n’a pas pu venir. Frère, oh ! oui, là… Eh bien, ce n’est pas là le coin des amen, Eddie. Tu es le bienvenu ici à l’estrade à côté de nous, à côté des prédicateurs, si tu veux bien venir. Et puis, nous avons été…

12.     Frère Eddie était là quand le Seigneur m’a donné la vision de l’ours et du caribou. Le… Combien se souviennent de cela, quand je vous en avais parlé ? Très bien, il était là. C’est lui le jeune homme qui portait la chemise à carreaux, frère Eddie Byskal, et il se tenait là où… Et je–je leur avais demandé si l’un d’eux avait une chemise à carreaux. « Non », personne n’en avait. J’ai dit : « Eh bien, il se peut… Il faut qu’il y ait quelqu’un avec une chemise à carreaux. Il y aura un–un gros grizzly argenté ainsi que–ainsi qu’une espèce d’animal qui a des cornes de quarante-deux pouces [106 cm], comme ceci, ayant l’apparence d’un cerf. » Et j’avais dit cela ici environ six mois avant que cela arrive, vous savez, à peu près depuis si longtemps, oh ! plus tôt que ça au cours de l’année.

EDISON THOMAS

MON ANGE MARCHERA DEVANT TOI     TALLAHASSEE FL USA    Lun 16.02.53

14.     Et tout récemment, un homme croyait vraiment qu’il y…que l’électricité pouvait être exploitée. Il s’est procuré un cerf-volant, et il a terminé en mettant une clef au bout de sa queue, et il a finalement concrétisé ce qu’il pensait, ce qu’il croyait être vrai, parce que... Les gens se sont moqués de lui, mais quelque chose dans son coeur lui disait que c’était vrai. Il s’en est donc tenu juste à cela.  Un peu plus tard, Thomas Edison, l’homme qui nous a donné la lampe électrique, croyait que cette électronique ou électrolyse pouvait être conduite par un fil. Je pense qu’il a essayé 10.000 fils. Il a essayé tel et tel type de métal. Cela n’a pas marché. Il se mettait là la nuit, avec une tasse de café et un sandwich, inlassable au possible. Mais toutefois, quelque chose dans son coeur lui disait qu’il pouvait faire que cette électricité échauffe un fil pouvant s’enflammer. Ainsi donc, il ne s’est pas découragé après l’essai du premier petit fil. Il a simplement mis celui-ci de côté et a essayé un autre. 

16.     Ainsi, Edison, heure après heure, quelque chose dans son coeur... On n’avait pas d’électricité avant, mais… pour allumer une lumière, mais Edison croyait que cela se ferait. Et finalement, il a conquis la chose, parce que quelque chose dans son coeur disait que cela se ferait. Et aussi longtemps qu’il y a ici dedans quelque chose qui le dit, il doit y avoir quelque chose là pour répondre à cela. C’est juste.  Qu’aurait dit votre arrière-grand-père en parlant à son voisin de la télévision, d’une onde, vibrant dans l’air comme cela, qui reproduit même des images ? Eh bien, le voisin aurait dit : «C’est un détraqué. » Mais quelqu’un croyait qu’il existait une onde. Mais il ne pouvait pas l’expliquer. Dieu l’avait ici. Eh bien, comment a-t-il pensé qu’il existait une onde? Nous l’avons; nous avons la télévision, n’est-ce pas? Certainement que nous l’avons. La radio et tout. Comment était-ce possible? Parce que quelque chose au fond du coeur humain  disait : «Ça se trouve là. » Et cette chose est entrée dans ce domaine, a pris cela et l’a apporté ici pour le donner au monde. 

ALLEZ DIRE A MES DISCIPLES     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 05.04.53A

239.    Eh bien, il y a quelques années, l’homme ne savait pas ce qu’était l’électricité, mais il avait dans son coeur une faim de découvrir ce que c’était. Il croyait qu’il pouvait transformer cela en lumière. Thomas Edison, et il a essayé dix mille fils, mais il a quand même trouvé quelque chose et il a donné au monde l’électricité.

FAITES CE QU’IL VOUS DIRA     CONNERSVILLE IN USA    Lun 01.06.53

6.       Mais il vint un homme du nom de Thomas Edison. Il s’est dit que cela avait produit un éclair. Si donc cet éclair suivait un câble, cela aiderait l’humanité ; cela l’aiderait à faire quelque chose. Cela apporterait une amélioration. C’est Dieu qui a placé cela ici, ainsi cela améliorerait la condition de l’homme. Ainsi, il a dit que ça allait s’allumer. Les gens ont pensé qu’il était fou, mais il ne l’était pas. Il… au travers des critiques et tout, il est resté des heures sans se fatiguer, avec une tasse de café et un sandwich, essayant des dizaines de milliers de fils. Finalement, quelque temps après, il a trouvé un fil qui pouvait faire s’allumer cela.

Aujourd’hui, l’électricité est une chose ordinaire. Si j’allais appuyer sur l’interrupteur et que les lampes ne s’allumaient pas, je ne dirais pas que l’électricité n’existe pas. Je dirais que les câbles se sont croisés quelque part. Eh bien, si je prie pour quelqu’un et qu’il n’est pas guéri, eh bien : « La guérison divine n’existe pas » ? C’est faux : nos câbles se sont croisés quelque part. Voyez ? En effet, c’est Dieu qui est le Guérisseur. Eh bien, la Bible dit qu’Il est le Guérisseur. Il dit qu’Il est toujours le Guérisseur. Il restera toujours le Guérisseur de nos maladies. Il est Jéhovah-Rapha. Il est Jéhovah-Manassé, Il est Jéhovah-Jiré, Il est tout–Il est… Tous les Noms rédempteurs de Jéhovah ont été placés en Jésus. Il est notre Sauveur, notre Bouclier, notre Ecusson, notre Guérisseur, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Et Il est ici ce soir.

19.     Eh bien, prions encore maintenant. Père, reçois-nous ce soir dans l’amour de Ton Fils. Nous venons à Toi comme des gens humbles. Nous venons confesser que nous sommes indignes et nous Te demandons d’être avec nous. Ô Dieu, sois miséricordieux envers ces pauvres gens, malades et nécessiteux. Et que cette soirée s’avère une grande bénédiction pour tous.

Et, Père, quand je pense à la façon dont Tu T’es abaissé pour prendre un pauvre pécheur perdu comme moi, et par la grâce de–de Dieu, je suis maintenant Ton fils. Beaucoup d’autres ici, Seigneur, éprouvent le même sentiment ce soir, et nous sommes là respirant parce que Tu nous accordes le souffle. Ton grand Esprit est en train de se mouvoir dans cette salle comme l’air qui circule par ici…

Je parlais il y a quelques instants, Père, de l’électricité, comment monsieur Edison a cherché jour et nuit pour essayer de trouver ce câble conducteur de cela, du courant. Toutes ces années, Seigneur, l’unique câble que je trouve qui conduira ce courant de la guérison, et je crois que cela est ici ce soir, assez de puissance de Dieu ici même dans cette salle ce soir ou dans ce stade pour guérir chaque personne malade. Oui, Seigneur, davantage, pour accomplir toutes sortes d’oeuvres. Alors, l’unique câble que je connais, c’est l’amour et la foi. Mon Père ne peut pas mentir. Je L’aime et j’ai foi en Lui. Je Te prie, ô Dieu, au Nom de Jésus, d’aider chaque personne ici à Te recevoir, à croire en Toi et à être guérie ce soir. Je prie au Nom de Jésus. Amen.

L'EXPECTATIVE     CHICAGO IL USA    Jeu 03.09.53

13.     C’est pareil avec beaucoup de membres d’église aujourd’hui. Ils disent : « Dieu m’a sauvé du péché. » Certainement. Eh bien, le Dieu qui vous a sauvé du péché peut vous donner le bonheur, la paix, la joie, et guérir votre corps, et vous enlever dans la gloire. Eh bien, il est simplement… Les puissances sont là à l’intérieur pour oeuvrer.

Thomas Edison croyait cela. Et les gens pensaient qu’il était fou. Mais lui, il savait qu’il était dans son bon sens. Et il a déclaré que quelque chose en lui lui disait que ce courant pouvait être conduit par un certain type de fil. Et il en a essayé des dizaines de milliers.

Il en a essayé un, il l’a jeté de côté, il a encore essayé, il l’a jeté. Et il en a essayé des milliers et des milliers, et il n’y avait toujours pas de courant. Cela ne l’a pas découragé. Il a carrément continué d’essayer des fils jusqu’à ce qu’il en a trouvé un qui conduisait le courant. Alors, quand il y est parvenu, il a donné l’électricité au monde.

LA PROFONDEUR APPELLE LA PROFONDEUR     OWENSBORO KY USA    Mer 04.11.53

3.       Ensuite Il a eu un homme du nom de Thomas Edison, lui ne se contentait pas de dire : « Je l’ai. » Il a dit : « Si–si je l’ai, cela contient beaucoup d’avantages pour moi. » Tout comme David disait : « Celui… N’oublie aucun de Ses bienfaits. » Alors, Thomas Edison a passé des nuits entières sans se lasser, il a essayé des dizaines de milliers de fils. Et il essayait un fil ; ça ne marchait pas avec ce genre de fil. Il n’arrivait pas à faire conduire le courant par ce fil. Il essayait un autre, un autre, un autre. Etait-il vaincu ? Certainement pas. Il ne pouvait pas être vaincu. Il ne pouvait pas l’être ; il y avait en lui quelque chose qui lui disait que cela produirait de la lumière. Et il y croyait de tout son coeur. Et avant… S’il y croyait de cette manière, cela–cela devait arriver. Il y avait une profondeur qui appelait une profondeur ; il y avait une profondeur pour y répondre. Il y avait quelque chose qui devait produire de la lumière. Avec une tasse de café et un sandwich, il travaillait toute la nuit. Si un fil ne répondait pas, il ne se décourageait pas, comme le font bon nombre d’entre vous les chrétiens.

Nous devrions avoir honte de nous-mêmes qui nous disons des chrétiens qui croient dans le Grand Jéhovah. Malgré les promesses qu’Il a faites et les bienfaits qu’Il a en réserve pour nous, au premier petit découragement, nous rejetons cela. Mais pas Thomas Edison, lui il croyait qu’ils allaient produire de la lumière. Peu importe qu’on l’ait traité de fou, mais cela ne l’a pas arrêté. Il croyait que cela produirait de la lumière. Et il a continué jusqu’à ce qu’il a prouvé que cela produisait de la lumière, et il a donné l’électricité au monde.

Eh bien, l’électricité a toujours existé. Nous avons toujours eu de l’électricité, mais les gens n’en savaient rien jusqu’à ce que nous avons eu un Thomas Edison et un Benjamin Franklin.

L’EXPECTATIVE     PHOENIX AZ USA    Dim 28.02.54P

67.     Eh bien, ainsi Benjamin Franklin alla pêcher avec un cerf volant. Bien, un éclair parcourut la corde et il perçut cela ; alors, il se mit à courir en criant : « J’ai trouvé cela, j’ai trouvé cela, j’ai trouvé cela, j’ai trouvé cela. » Il avait reçu cela, mais il ne savait pas ce qu’il avait reçu.

Eh bien, c’est ça le problème avec notre Eglise pentecôtiste. Vous avez reçu la chose, mais vous ne savez pas ce que vous avez reçu. C’est ça. C’est vrai. Oui, vous avez assez de puissance pour ouvrir les yeux des aveugles, déboucher les oreilles des sourds, accomplir toutes choses. Mais vous arrivez avec une atmosphère embrouillée. Soyons de commun accord afin que le Saint-Esprit puisse déverser des puits jaillissants sur les gens, ensemble, d’un commun accord.

Thomas Edison est venu, il a dit : « Ecoutez, cela va s’allumer. » Il a essayé dix mille fils. Il a dit… Il ne s’est pas relâché. Il s’asseyait avec une tasse de café et un sandwich toute la nuit. Il essayait celui-ci. Si l’électrolyse ne pouvait pas… ou l’électricité ne passait pas par ce fil, il mettait cela de côté et en prenait un autre. Il a essayé cela jusqu’à ce que finalement il trouvât cela. Et il a donné au monde l’électricité.

HEBREUX CHAPITRE 1     JEFFERSONVILLE IN USA    Mer 21.08.57

110.    Prenez les grands hommes. Regardez Thomas Edison. Beaucoup de grands hommes–regardez Einstein, les cerveaux du monde, comme on les appelle aujourd’hui, les cerveaux du monde. Mais nous, nous n’essayons pas d’utiliser des cerveaux. Nous laissons la Pensée qui était en Christ être en nous, et nous nous attendons à cette Parole et nous L’appelons telle quelle!