^Retour en haut

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Créateur de toutes choses

Le Saint-Esprit

L'Adorable

Le Véritable

Le Père de Jésus-Christ

Glossaire du Message

Ce glossaire est destiné à servir de "guide de référence rapide" pour les croyants et les ministres du Message du Temps de la Fin prêché par le Prophète William Marrion Branham. 

 

Il y a : 5 définitions dans le glossaire.
Rechercher dans les définitions (terme ou expression)
Commence par Contient Terme exactSe prononce comme
Terme Définition
HAINE

DEMEURE FUTURE DE L'ÉPOUX CÉLESTE ET DE L'ÉPOUSE TERRESTRE, LA -  02.08.1964 JEFFERSONVILLE, IN, USA

283     C'était pareil pour l'homme, quand il avait encore de la haine, de la méchanceté et de l'hostilité en lui; quand le baptême de Feu est venu, il a tout nettoyé. Plus de jalousie, plus rien; c'est absolument une demeure pour Dieu. Et, souvenez-vous, c'est ça Sa délégation qui va Le rencontrer là-bas. Amen! Oh, quel...

SIXIÈME SCEAU, LE -  23.03.1963 JEFFERSONVILLE, IN, USA

437     Je traverserai ce glorieux palais là-bas, ce Royaume de Dieu là-bas, où tous les vieux seront jeunes, où les robes blanches ont déjà été revêtues! Les hommes et les femmes ont été changés, pour retrouver une beauté, l’œuvre d’art même qu’est un—un bel homme et une—une ravissante femme! Ils sont là-bas dans toute la beauté et la stature d’une jeune femme et d’un jeune homme, ils sont là-bas. Et ils ne pourront jamais vieillir, ils ne pourront jamais pécher, il ne pourra jamais y avoir aucune jalousie, aucune haine, ni rien! Oh! la la!

APOCALYPSE, CHAPITRE 1 - M04.12.1960 JEFFERSONVILLE, IN, USA

139     Mais c’était une vie pervertie; considérez la nature de ce garçon! Il était de son père, le diable, dont il avait les attributs: la haine, la méchanceté, le meurtre. Vous voyez?

PARENT RÉDEMPTEUR, LE -  02.10.1960 JEFFERSONVILLE, IN, USA

44      Hier matin, on est resté au lit un peu tard; les enfants n’avaient pas d’école, et on s’est mis à parler sur différents sujets, tel : Qu’est-ce que la haine?

 

PARENT RÉDEMPTEUR, LE -  02.10.1960 JEFFERSONVILLE, IN, USA

45       J’ai dit : «La haine a eu un commencement, donc elle doit avoir une fin. L’amour n’a pas eu de commencement, donc il n’a pas de fin. La haine est à jamais; l’amour est éternel. La haine a un commencement et la haine aura une fin. L’amour n’a jamais eu de commencement et il n’aura jamais de fin. Voyez. C’était éternel.

QUESTIONS ET RÉPONSES -  23.12.1959 JEFFERSONVILLE, IN, USA

37      Et vous ne chasserez jamais un démon par la mauvaise attitude. Il faut l'amour pour faire cela. Et l'amour est la plus grande puissance qu'il y ait dans le monde. Maintenant, si vous le remarquez, un démon est toujours haineux. La haine est du diable. Et lorsque les gens haïssent quelqu'un, souvenez-vous, c'est un démon terrible que de mépriser ou de ne pas aimer. Il ne faut pas que vous le fassiez.

 

HÉBREUX CHAPITRE 1 -  21.08.1957 JEFFERSONVILLE, IN, U.S.A.

128    Maintenant, quand ces grandes lumières sortirent ou ces grands rayons de l'Esprit: l'amour, la paix... c'est tout ce qu'il y avait. Il n'y avait aucune souffrance, il n'y avait là aucune haine, ni aucune malice. Cela ne pouvait pas sortir de cette Fontaine. C'était Jéhovah! C'était Jéhovah Dieu. Et maintenant, comme les théologiens l'appellent, une Théophanie sortit de ceci, qui était appelée dans les Écritures le «Logos», le Logos qui est sorti de Dieu. C'est difficile à expliquer, mais c'était une partie de Dieu.

 

COMMUNION PAR LA RÉDEMPTION, LA -  03.04.1955 JEFFERSONVILLE, IN, USA

199 Il ne peut se trouver à la fois le parler en langues et la guérison divine dans l’église, ainsi que l’envie, les querelles, la malice et la haine. Non, c’est impossible. Cela ne se mêlera pas. Dieu mettra cela dehors, aussi certain que le monde existe. Vous devez revenir. C’est ce qui est arrivé à l’église.

HATTIE WRIGHT

MON NOUVEAU MINISTERE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 15.11.59

58.     Soeur Hattie Wright… Vous tous vous connaissez… Nous l’appelons Wright. Son nom est Mosier. Et c’est une personne loyale, une petite brave ménagère, elle habitait dans deux pièces là loin dans les collines, là avec une pelle et une houe, cherchant à enlever les gratterons de plates-bandes du blé afin de maintenir la petite famille ensemble. Elle avait travaillé fidèlement.

Alors que j’étais à table prenant le dîner, j’expliquais ce qu’était la foi. Je disais : « Si la foi est comme ceci, si je voyais en vision frère Shelby assis comme ça comme ceci, et chacun tel qu’il était… »

Et soeur Hattie était assise là loin derrière, vers l’autre pièce. Elle n’avait pas beaucoup à dire, jamais.

62.     J’ai dit : « Ce même Jéhovah-Jiré cherchait à me faire comprendre Sa promesse, dans mon esprit empesé et lourd. Il pouvait amener à l’existence ce dont j’avais besoin exactement comme Il avait pu amener à l’existence ce dont Abraham avait besoin. »

A peine avais-je dit cela que soeur Hattie (elle est assise là en train de pleurer maintenant)… elle n’avait pas dit un mot. Et elle a dit : « Ce n’est rien d’autre que la vérité. »

Elle avait dit la chose correcte. Elle avait parlé exactement comme Banks là. J’ai entendu sa voix alors que mes oreilles la percevaient, on dirait là dans les bois. Madame Wright était assise là derrière avec sa jeune fille, elle cherchait à interpréter ce qu’Edith disait, alors que je n’arrivais pas à entendre madame Wright.

Et cette super onction est venue sur moi et a dit : « Dis à Hattie qu’elle a trouvé grâce aux yeux de Dieu. » Qui aurait pu penser… Il a dit : « Dis-lui de demander tout ce qu’elle veut, puis appelle cela à l’existence par ce don. Tout ce qu’elle demande, appelle cela à l’existence. »

J’ai regardé soeur Hattie. La première fois que cela ait jamais été accompli sur un être humain. J’ai dit : « Soeur Hattie, demande ce que tu veux. Dieu va te l’accorder.

63.     Qu’en pensez-vous ? Saisissez-vous cela ? A sept reprises, Il a confirmé cela avec un animal. Sept, c’est le nombre de Dieu pour l’achèvement. Voici la première fois sur un être humain. Et il… Qu’a-t-Il choisi ? Un grand aristocrate ? Un grand prédicateur remarquable ? Une pauvre petite veuve qui pouvait à peine écrire son nom. Dieu sait ce qu’Il fait. Il a dit : « Demande ce que tu veux. »

Hattie m’a dit : « Frère Branham, que veux-tu dire ? »

J’ai dit : « Demande tout ce que ton coeur désire, et cela sera donné ici même et tu sauras que le Seigneur Dieu du Ciel exauce, et que Ses Ecritures sont vraies. » C’était la première fois pour moi avec le don nouveau, ma première onction… C’est à peine que je pouvais entendre. Elle a regardé tout autour. Nous parlions de sa petite-soeur estropiée. Je me suis dit dans le coeur : « Oh ! sans doute que dans quelques minutes, la petite Edith va bondir pour la gloire de Dieu. » Hattie a regardé tout autour, tout autour. Et elle a dit : « Frère Bill, mon plus grand désir, c’est le salut de mes deux jeunes garçons. »

 

64.     Quel… Eh bien, il ne pouvait pas y avoir de chose plus glorieuse. Elle aurait pu demander dix mille dollars, elle les aurait eus. Et si elle était devenue une espèce de millionnaire, elle aurait demandé un autre million. Dieu savait ce qu’elle demanderait. Soeur Hattie, au moins sept ou huit témoins étaient là… Vous tous qui étiez présents si… lorsque cela était arrivé, levez la main, tout le monde dans la salle qui était là lorsque cela était arrivé. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept. Sept d’entre eux, huit d’entre eux, huit d’entre eux étaient présents lorsque cela était arrivé.

J’ai dit : « Demande tout ce que tu veux, car Dieu m’a accordé de te donner tout ce que tu veux. »

Elle a dit que ces jeunes garçons commençaient à connaître l’emportement des adolescents. Elle a dit : « Le salut de mes deux jeunes garçons. » J’ai dit : « Par la volonté de Dieu, par la puissance de Dieu, je te donne, au Nom de Jésus-Christ, ton désir. » Et ces deux jeunes garçons ont été secoués sous la puissance de Dieu, et tout ce bâtiment-là trembla. Banks est tombé sur son assiette. Shelby a saisi… Et Hattie a crié au point qu’on pouvait l’entendre à deux pâtés de maisons. Et ces deux jeunes garçons, avec des larmes ruisselant sur les joues, ont reçu sur-le-champ exactement ce qu’elle avait demandé. Oh ! c’est la première fois que cela ait jamais été utilisé sur un être humain. « Demande ce que tu veux, et cela te sera accordé. » Ses jeunes garçons sont assis là avec elle ce matin.

75.     Soeur Hattie, nous avons à peu près le même âge. Et frère George Wright là, son papa et ses jeunes garçons, sa mère, Shelby, j’aimerais dire ceci : Je pense que vous vous êtes demandé pourquoi je m’étais levé et que j’étais sorti de la maison aussi vite que ça. Jamais je n’avais… J’ai été là où trente mille véritables païens avaient été sauvés du coup (en Afrique du Sud), ils étaient venus à Christ. Je pensais que c’était la plus forte onction que j’aie jamais sentie. Cela n’est, sous aucun rapport, comparable à ce qui est arrivé chez le George Wright l’autre jour. Jamais je n’avais senti pareille chose. Toute la pièce semblait être simplement une–une lumière de la gloire de Dieu.

Or, soeur Hattie est de nature très calme, c’est une petite femme pieuse ; elle n’élève jamais sa voix sur quoi que ce soit. Mais on pouvait l’entendre crier à un pâté de maisons quand le Saint-Esprit avait frappé cette maison. Tout le monde, tout le monde là avait senti Cela. C’était merveilleux. Nous pouvons vivre longtemps. Mais soeur Hattie, tant qu’il subsistera un souvenir dans notre esprit, nous nous en souviendrons, soeur Hattie.

PARLE A CETTE MONTAGNE     SAN JOSE  CA USA    Lun 23.11.59

140.    Il me dit alors : «Vous savez quoi, dit-il, Hattie a voulu donner une participation de cinquante dollars pour cette église, et frère Roberson, le–l’administrateur de l’église, l’un d’eux, le président, ne voulut pas qu’elle les donne, disant que ça lui prenait six mois pour retirer cinquante dollars de ces collines, là-bas.» Et il ajouta : «Mais elle en a donné vingt, et frère Branham, elle veut...» Je pensai : «Tu sais quoi? Je–j’ai vingt dollars ici dans ma poche; Meda me les a donnés pour acheter des oeufs.» Je dis : «Je vais simplement lui donner ces vingt dollars avant que je m’en aille. Et juste... Elle est loin d’ici et elle ne le saura jamais.» Ainsi, je–je lui achetais des glacières et des choses comme cela, parce que je me sentais si peiné pour elle, cette pauvre petite mère qui essaie de travailler durement sur cette colline.

141.    Ainsi je pensai : «Je vais simplement lui donner ces–ces vingt dollars; c’est ce que je ferai. Quand je partirai, je vais les glisser quelque part pour qu’elle les reçoive. Ce sont les vingt dollars qu’elle a donnés pour l’église là-bas.» Je pensai donc : «Je lui donnerai cela.»

JEHOVAH DES MIRACLES     SAN JOSE  CA USA    Jeu 26.11.59

7.       Et j’aurais souhaité être financièrement capable de sorte que vous n’ayez même pas à parler d’une offrande. Je vais devoir en parler de toute façon parce que… J’ai fait cela une fois avec un chèque important que quelqu’un allait me donner, c’était plus que ce que je pensais qu’on devrait donner, mais je–je n’ai pas accepté cela. Et alors le frère a dit : « Eh bien, je vais vous dire ce que je vais faire, je vais simplement prendre le chèque, si vous acceptez de venir pour aller à une série de réunions, nous n’aurons pas de… nous ne prélèverons pas une seule offrande ni quoi que ce soit. »

J’ai dit : « C’est bien, je vais faire cela. » C’est donc ce que j’ai dit, j’ai fait cela et ce n’était pas un succès. Il faut que les gens aient une part dans ces séries de réunions. Vous voyez, c’est leur série de réunions. Quand ils me rencontrent dans la rue, ils demandent : « Qu’y a-t-il avec cette série de réunions ? Nous n’y participons pas; on ne prélève même pas une offrande. » L’offrande fait donc partie de l’adoration. C’est juste. J’en sais mieux que cela depuis l’autre jour, quand j’allais pour retourner à Hattie Wright les vingt dollars qu’elle avait promis pour le nouveau tabernacle à Jeffersonville ; le Seigneur a dit : « Laisse-la faire. » Et quelques minutes après, j’ai compris pourquoi Il avait dit de la laisser faire.

ALLEZ DIRE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 17.04.60M

170.    J’ai vu cela se produire dans la maison de Hattie. Combien ont déjà entendu l’histoire des écureuils et de la jeune fille, la petite femme ? La toute première personne, à ce que nous sachons… depuis le temps des disciples, à qui il a été donné le privilège de dire : « Demande ce que tu veux », pendant que vous êtes là. Avez-vous déjà entendu cette histoire ? Avez-vous déjà vu cette femme ? Combien ne l’ont jamais vue et aimeraient–aimeraient voir la femme sur qui cela est arrivé ? Nous…Hattie, voudriez-vous vous mettre debout ? Voilà la dame.

JE SERAI AVEC TOI COMME J’AI ÉTÉ AVEC MOÏSE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 11.09.60M

171.    Hattie Wright, elle... Je crois qu’elle est ici ce matin, elle est assise juste là. Elle fut la première, quand nous avons vu ces écureuils... et elle connaissait la commission sur cela, et le moment où pour ces sept fois de suite, Dieu a créé quelque chose. J’ai dit : « C’est le même Dieu qui pouvait créer un bélier pour Abraham, pour confirmer Sa commission. C’est le même Dieu qui peut créer un écureuil, car c’était ce dont j’avais besoin.

172.    Et la chère petite Hattie Wright est assise là-bas au fond de la salle. Son coeur n’est pas attaché aux choses du monde ; elle croyait. Elle a dit : « Frère Branham, ce n’est rien d’autre que la vérité ! » Elle ne le disait pas simplement d’ici. Dieu parlait de son coeur.

J’ai dit : « Hattie, demandez ce que vous voulez, je vous le donnerai. »

Elle a dit : « Que dois-je demander ? »

JE SERAI AVEC TOI COMME J’AI ÉTÉ AVEC MOÏSE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 11.09.60M

296.    C’était sa fille, soeur Hattie, présente ici même (au sujet de qui j’ai témoigné maintenant) avec qui le nouveau ministère a agi pour la première fois. C’est vrai, soeur Hattie. Je me demande si les garçons sont ici ce matin. Sont-ils avec vous ? [La soeur Hattie dit : « Au fond ».–N.D.E.]

LETTRE AUDIO A LEE VAYLE     TUCSON AZ USA    Mer 00.05.64

74.     Environ deux mois après cela… Et il y a une autre histoire qui se rapporte à cela, vous savez, là dans le Kentucky. Mais je ne pense pas que ce soit nécessaire d’ajouter celle-là. Lee, vous en êtes au courant.

Et je me trouvais dans la maison d’un fermier où il y avait une jeune fille malade. Et ce fermier, c’est George Wright. Et sa fille s’appelle  Hattie, je l’ai mariée à son mari il y a environ, oh, 18 ou peut-être 20 ans. Et je… Ils ont eu deux garçons. Et le père a trouvé la mort sur un tracteur. Ainsi, la veuve était là à la maison, des gens très très pauvres. Et son frère à elle… 

La famille Wright a eu trois enfants. L’un d’eux était une enfant atteinte d’une paralysie infantile depuis qu’elle était petite. Et–et le Seigneur avait alors été bon envers elle. Et nous avions prié pour elle. Et elle avait cessé de souffrir. Elle n’avait plus souffert. Mais elle n’était pas en mesure de marcher.

Et le–le garçon était alors un… C’était alors un homme d’environ mon âge, il avait environ 50 ans. Et le père en avait environ 75 ou 80, il avait été guéri, vous savez, Lee, par une vision; en effet, les quatre médecins avaient déclaré un après-midi qu’il allait mourir. Et alors j’avais l’AINSI DIT LE SEIGNEUR …?….

J’AI ENTENDU, MAIS MAINTENANT JE VOIS     SHREVEPORT LA USA    Sam 27.11.65S

151.    A l’écoute maintenant, à Jeffersonville, il y a une famille du nom de Wright. Frère Wood et moi, nous sommes allés les voir. Ils font le vin de la communion pour l’église. La jeune Edith était là dans la chambre; c’est une pauvre estropiée qui était malade toute sa vie. Nous nous sommes toujours attendus à Dieu pour qu’Il la guérisse. Sa soeur est veuve, son mari a été tué; son nom est Hattie, c’est une femme très humble. Et pendant que frère Banks et moi étions sortis pour aller lui chercher un lapin, elles avaient préparé un gros gâteau aux cerises, et elles me firent asseoir et manger.

HICKERSON

LA GRANDE LUMIERE BRILLANTE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 22.12.57

134.    Sous le discernement le dimanche passé, il y a une semaine, je me tenais ici, j’ai dit : «Je ne veux personne du Tabernacle. Je veux des gens qui ne sont pas du Tabernacle. Que le Saint-Esprit parle.» Mais d’une manière ou d’une autre, très loin quelque part, d’un côté ou de l’autre, il y avait un petit compagnon du nom de Hickerson; nous tous, nous connaissons frère Hickerson. C’est vraiment un trophée authentique de la grâce de Dieu. Et il était caché derrière certaines personnes. Je ne l’ai même pas reconnu. Mais le Saint-Esprit avait ordonné tout cela. Il regardait par-dessus le bras d’un homme, qui était assis là au fond, et je ne savais pas qui c’était.

L’ORDINATION DES DIACRES     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 20.07.58S

14.     Il m’a été rapporté que, par un vote à cent pour cent du conseil de cette église, on a trouvé que, par la grâce de Dieu, Frère Hollin Hickerson est un homme juste, honorable et qualifié pour cet office, pour recevoir le–le grand honneur d’être diacre dudit Tabernacle.

26.     Y a-t-il un des membres de cette église-ci qui trouve... et tous, considérez-vous Frère Hollin Hickerson comme un homme juste et honorable, un homme que vous    trouvez digne de devenir diacre de cette église? Voudriez-vous manifester votre accord en levant la main droite? [Frère Branham fait une pause–N.D.E.] S’il y a un avis contraire, alors levez votre main. [Frère Branham fait une pause–N.D.E.]

34.     J’aimerais juste vous serrer la main. [Frère Branham leur serre la main–N.D.E.] Frère Harnard, et Frère Zabel, et Frère Collins, Frère Hickerson, et Frère Taylor. Je suis si heureux de savoir que nous avons communié pendant tout ce temps avec des hommes si honorables. Que Dieu vous bénisse maintenant. Et nous allons vous revoir tout de suite–dès que j’aurai un peu de repos et que je reviendrai, et je verrai combien vous aimez votre travail. Très bien, selon leur vote, je pense que c’était cent pour cent, sans aucune voix contre.

PARLE A CE ROCHER     CHAUTAUQUA OH USA    Dim 12.06.60

11.     Beaucoup de mes amis de Jeffersonville et de différents endroits sont ici. Les Downing sont ici, ils viennent du Tennessee. Je ne les ai pas vus, mais je les ai salués par un signe de la main. Frère Welch Evans, sa femme et sa famille sont ici quelque part. Je n’arrive pas à les repérer maintenant. Frère Banks Wood, son père, sa mère, son frère et tous sont des témoins de Jéhovah qui se sont convertis. Et ils sont ici dans–dans la réunion. Et, oh ! j’ai appris que frère Hickerson a reçu le Saint-Esprit hier soir (Oh ! Que Dieu soit loué !), lui et sa femme. Frère Collins, le prédicateur méthodiste, son... Lui et sa femme, ainsi que son frère et–et sa femme, ont tous reçu le Saint-Esprit. Et, oh ! je vous assure, les choses se passent à merveille.

LES RÉALITÉS INFAILLIBLES DU DIEU VIVANT     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 26.06.60

81.     Maintenant, il y a quelque temps, alors que soeur Wood, ma femme et moi étions assis dans la pièce, nous entretenant sur le baptême... Il y a beaucoup de nos précieux frères ici pour lesquels nous sommes reconnaissants à Dieu de leur avoir donné le Saint-Esprit, comme frère Willard Collins, là derrière, et–et, je pense, frère Hickerson, et–et leurs–leurs femmes, et frère Charlie Cox et sa femme, et–et frère Mike Egan ici derrière, et, oh, et bien d’autres, qui ont reçu le Saint-Esprit. Et cela commence à devenir un sujet de conversation parmi nous. Oh ! Puisse cela nous vivifier au point que nous nous mettrons à rechercher, étant affamés et ayant un ardent désir des réalités de Dieu. Dieu est une réalité.

QUESTIONS ET RÉPONSES     JEFFERSONVILLE IN USA    Jeu 12.01.61

540.    Frère Hickerson, vous venez de vous engager sur la Voie et vous avancez. J’ai voulu que votre... Je... Vous vous êtes engagé sur la Voie et vous avancez; j’admire certainement votre sincérité et tout ce que vous faites pour le Seigneur Jésus. Que Dieu vous bénisse toujours et fasse de vous un vrai diacre, frère, je crois que vous l’êtes, qu’Il garde votre maison soumise et tout, tel que vous êtes.

LA CLE POUR LA PORTE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 07.10.62

14.     Maintenant, nous avons le futur président. Le… Oh ! vous savez ce que je veux dire, il vient d’être confié à la famille Hickerson il n’y a pas longtemps. Et si la… notre soeur pianiste veut bien passer au piano pour nous donner un petit accord de Amenez-les, s’il vous plaît, ou une petite chanson du genre… Ce petit galant homme de la famille Hickerson tant attendu, est arrivé, un très beau petit enfant, et il est certainement un joyau pour les Hickerson. Ils sont tous des joyaux pour nous ; nous les aimons et ce sont nos véritables frère et soeur. Nous sommes reconnaissants d’avoir ce petit enfant né dans leur famille, ce qui a absolument révolutionné la famille. Et s’ils, la mère et le père, veulent amener ce petit enfant maintenant pour la consécration… Maintenant, les Ecritures disent qu’on amena à Jésus les enfants, les petits, afin qu’Il leur imposât les mains et les bénisse.

19.     Frère Neville, veuillez avancer avec moi maintenant vers ce beau garçon. J’avais peur de prendre… Est-ce Hollin ? Hollin ? Oui, Hollin, Junior ? Stephen Hollin. Eh bien, c’est bien. Eh bien, je pensais qu’il dormait. C’est la nature des Hickerson, tout ce qui se passe, c’est…?... Je l’ai vu l’autre jour, j’ai dit : « Le président », et ainsi de suite. Et, évidemment, c’était trop peu de choses pour lui (voyez ?), parler de lui…?... Eh bien, bonsoir. Eh bien, je sais qu’il doit être un trésor pour n’importe quel père et quelle mère. Ne le pensez-vous pas ? Il est très doux. Et maintenant, Frère Hickerson et Soeur Hickerson, en tant que serviteur de Christ et votre pasteur, j’amène cet enfant par la foi dans les bras de Jésus-Christ, et c’est dans Ses bras que vous souhaitez le placer.

VOTRE VIE EST-ELLE DIGNE DE L’EVANGILE ?     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 30.06.63S

6.       Je pense qu’on m’a dit que frère Hickerson a tiré ceci d’un magazine. Il a déposé cela sur mon bureau là derrière. Il s’agit de cette constellation d’Anges dont on parlait, qui se trouve dans le–le magazine. Voyez-vous la forme de la pyramide? Regardez cet Ange-ci de ce côté, son aile ressort, il a le torse bombé comme cela, à ma droite, tel que je l’avais dit du haut de cette même chaire il y a des mois et des mois. Voyez-vous? Voilà la chose. Et le magazine « Look » ou plutôt le magazine « Life » a publié cela, dans le–le numéro de mai, du 17 mai, je crois que c’est ça (Est-ce juste?), le numéro du 17 mai. Madame Wood me disait aujourd’hui que beaucoup l’ont appelée et lui ont demandé… c’est dans le numéro de mai, du 17 mai.

UN DROLE DE PERSONNAGE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 14.06.64S

15.     Et maintenant ce soir, je vais me mettre à prier pour les malades.

Et je voudrais… hommes, et qu’Il bénisse ces hommes : Frère Collins, Hickerson, frère Neville, frère Capps, les administrateurs et tous, pour les bons rapports qui nous parviennent sur la façon dont vous tenez l’église en ordre, et comment tout est en place. Je vous suis reconnaissant, hommes. Que le Seigneur vous bénisse pour avoir essayé de maintenir l’ordre. Je reçois lettre après lettre à Tucson : « Frère Branham, ce n’est plus comme autrefois. Ça a beaucoup changé, on sent la bénédiction de la Présence de Dieu. » Et je suis–j’en suis reconnaissant. Que le Seigneur vous bénisse à jamais !